Sélectionner une page

1. LES TOURNIQUETS DEVRAIENT ÊTRE UTILISÉS SEULEMENT EN DERNIER RECOURT

C’est une approche dangereuse et obsolète du secourisme. Il y a une quantité écrasante de données corroborées qui dissipe ce mythe. Si vous assistez à un cours et que c’est ce qui vous est dit, contactez un centre agrée dans votre région qui enseigne les protocoles actuels. Le garrot peut être utilisé en cas de victimes multiples lors de NOVI (Nombreuses Victimes) ou avant un dégagement d’urgence et bien entendu sur soi-même en première intention.

Sur une atteinte par projectile sur les membres, un Tourniquet doit être le premier choix. Pendant de nombreuses années l’« Extremity Hemorragie » a été la cause numéro un de la mort évitable sur le champ de bataille, il a depuis été surpassé par l’hémorragie jonctionnelle (aisselles, aine, cou) grâce à la mise en place du Secourisme au combat en 2008 et la dotation en garrot SOF-T dans les armées.

Des améliorations significatives de la formation, conjuguées à la disponibilité des garrots, ont entraîné directement une diminution marquée de la mortalité (-30%). Grâce à l’éducation et sa persévérance, l’armée a été en mesure de convaincre toutes les unités de changer complètement la façon dont ils regardent les tourniquets. Une tâche difficile au commencement compte tenu du nombre de cours où il nous a été dit : « seulement en dernier recours » pendant des années.
Exemple d’un déploiement Américain sur 6 mois en Irak :

2. PLACER UN TOURNIQUET (TK) ÉGAL À LA PERTE DE MEMBRE

La perte d’un membre est extrêmement rare. Le risque d’hémorragie dépasse de loin le risque minime de dommages aux membres sur 64 000 poses. Il existe de nombreux cas bien documentés de patients qui ont eu des garrots en place pendant plus de huit heures, sans perte de membre (personnellement en Afghanistan un de mes Afghan en a eu un pendant 6 heures). Dans les cas où il y eut une perte de membre(s), elles sont directement attribuables à une blessure par balle, à une blessure par explosion, à un éclat, à une fragmentation, à un traumatisme à grande vitesse et non à un flux sanguin restreint dû à la pose précoce de garrot.

3. LES CEINTURES FONT DE BONS GARROTS

C’est absurde. Les ceintures font de terribles tourniquets. Il est extrêmement difficile voire impossible d’obstruer complètement le flux sanguin artériel en utilisant une ceinture. Utiliser une ceinture et sa boucle ne serrera jamais assez. De plus, essayer de serrer la ceinture avec un guindeau de fortune est problématique en raison de sa rigidité. Le guindeau de fortune devrait être substantiel (c’est-à-dire le pied d’une chaise) pour avoir toute chance de serrer la ceinture assez. Les ceintures sont facilement disponibles et certainement mieux que rien, le point ici est de promouvoir les garrots fabriqués commercialement et normés (CE) ou plus adapté des tourniquets improvisés (cravate / bâton) voir notre article ici sur les tourniquets improvisés. L’une des raisons de l’abandon progressif du garrot dans les années 1985-1995 ; est le nombre très important de garrots de fortune qui ont lâché avant l’arrivée sur la table d’opération ! (De nombreux articles de ces années là sont disponibles !)

4. LES GARROTS DE FORTUNES SONT DES DISPOSITIFS MÉDICAUX EFFICACES

Utiliser in extremis ce que vous avez sous la main. L’histoire récente est pleine de situation de pénuries de garrot. L’auto-suffisance n’étant généralement pas la règle pour les primo-intervenants. Brian LUDMER utilisa un sweet shirt après s’être fait tirer dans les jambes dans une université de Los Angeles. Il l’attacha sur ses jambes et réussi à limiter sa perte sanguine. « ralentissez les saignements » c’est ce que font les garrots improvisés. « arrêter le saignement » c’est ce que font les garrots commerciaux certifiés CE.

La ville de BOSTON a utilisé des tubulures et des pinces à clamper lorsque les primo intervenants ont été à cours de C.A.T. lors de l’épisode de la bombe (Marathon de BOSTON). 100% de ces derniers ont été inefficaces. Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas ralenti l’hémorragie des patients et que cela n’en a pas sauvé. Mais aucun n’a arrêté l’hémorragie (cela n’enlève rien au dévouement de ces braves gens). BOSTON a depuis équipé massivement ses équipes de garrots adultes et enfants RMT à cliquet
tourniquet de fortune.

5. IL Y A UN MEILLEUR TOURNIQUET

Tous les garrots commerciaux, tout comme toute autre pièce d’équipement, ont tous des avantages et des inconvénients, des forces et des faiblesses. Ils ont tous des nuances subtiles et des règles générales pour leur utilisation. On me demande souvent quel tourniquet je recommande, et ma réponse est toujours la question « recommandé pour qui, quand et où? »

Le garrot qui fonctionne bien pour un marine sur son gilet pare-balle, n’est peut-être pas le meilleur choix pour quelqu’un qui fait un travail sous couverture ou pour une femme infirmière. Le garrot utilisé sur les missions pour traiter un agent de police blessé serait un mauvais choix dans un attentat à l’école avec les patients pédiatriques (exemple de ZAVENTEM). Le garrot pneumatique que j’utiliserai dans un local d’urgence contrôlé (hôpital) serait difficile à utiliser dans un environnement très stressant ou sur soi-même contrairement à un garrot tactique.

Il y a de multiples formes, tailles, couleurs de garrots et on peut accomplir le travail dans une myriade de façons. Comme pour tout autre travail, tâche ou mission, la réponse raisonnable est de choisir le bon outil pour le travail !

%d blogueurs aiment cette page :